Tour des Chauvigny


Construite en bordure de la vieille ville, la tour domine la vallée de l'Indre, la pente à pic était une excellente défense naturelle. Son origine remonte au Moyen Age:au début, ce n'était sans doute qu'un petit château sans importance, une étroite enceinte fortifiée, faible et presque sans défense, incapable de résister aux bandes qui ravageaient la province. pour se protéger des attaques.

En 1424, un nouveau château -un donjon carré à trois étages- flanqué à l'ouest d'une tour ronde  fut construit: le Château Neuf avec de nouveaux murs pour enserrer la Ville Neuve; il n'en reste que la grosse tour. Ce "Châteauneuf" au Nord-est de la ville serait le vestige d'une forteresse construite après 1424 (à cette date on parlait du Château Vieux) pendant la guerre de Cent Ans par Guy III de CHAUVIGNY, seigneur de La Châtre et de Châteauroux ou entre 1457 et 1492: d'après les armes gravées sur une cheminée- les armes de François de CHAUVIGNY et de sa femme Jeanne de RAIS, mariés en 1456 y figurent,  et de Châteauroux,  leur fils portait les mêmes armes. Il n'eut pas un usage guerrier et devait servir de rendez-vous de chasse. En 1424, on parlait encore du Châteauvieux!

C'est une construction de 20 m de hauteur, aux murs épais de 1,80 m à 2,25 m flanquée à l'Ouest d'une tour ronde . Elle a quatre salles, une par étage, éclairées par l'Est par des fenêtres à meneaux. Le donjon fut transformé en prison de 1734 par Louis XV jusqu'en 1937. En 1769, il ne subsistait qu'une grosse tour forteresse carrée couverte de tuiles, inhabitable, avec quelques vestiges de gros murs de clôture, le tout servant de prison à la ville de La Châtre avec une basse fosse, trois chambres hautes et un préau, le tout en très mauvais état, une chambre au rez de chaussée séparée par une cloison, servant de logement au geôlier, une cour enclose d'anciens murs et un petit morceau de jardin. Pendant deux siècles il servit de prison : là fut enfermé Bernard Mauprat.. Il fut sauvé de la destruction en 1937 par M. Jean Depruneaux qui le transforma en musée.

Jean GAULTIER: Histoire de La Châtre